Évolution de la notion d’instantanéité dans les médias

L’édition 2009 de la conférence LeWeb à laquelle j’ai eu la chance de participer portait sur « le web temps réel ».
La notion de temps réel est cependant subjective et a considérablement évolué, notamment dans les médias.

Il y a quelques années, « instantanéité » voulait dire 15-20 minutes de délai entre le moment ou un événement se déroule et le moment où on en a la connaissance à l’autre bout du monde. Aujourd’hui, l’instantanéité est ramenée à quelques secondes.

« L’information en temps réel. » C’était hier le leitmotiv de nombreuses stations de radio, qui voulaient ainsi se démarquer de la télévision par leur capacité de réaction rapide.
Aujourd’hui, l’exemple de média temps réel le plus connu est twitter, où l’information peut être diffusée dans la seconde suivant l’événement.
Le meilleur exemple récent est celui du personnel de l’hôpital où était Michael Jackson, twittant les dernières informations au sujet de son état de santé.

Le public a donc accès à l’information bien plus rapidement car tout le monde a accès à la technologie et aux outils permettant de diffuser instantanément l’information.
Mais cela peut poser problème : les codes déontologiques jusqu’ici propres aux médias « traditionnels » qui avaient seuls le pouvoir de diffuser largement une information (journalistes radio, télévisions, etc.) ne sont logiquement pas « respectés » par la masse de personnes ayant cette possibilité aujourd’hui.
La responsabilité de vérifier l’information diffusée est donc transférée de l’émetteur au récepteur. C’est donc l’usager qui doit aujourd’hui s’assurer de la fiabilité et de la notoriété de la source. Encore faut-il qu’il soit sensibilisé à ce sujet.

Publié dans Médias | Laisser un commentaire

Canada, France et création d’entreprise

Cela fait un petit (long) bout de temps que je n’ai pas publié sur mon blog. Entre la fin de mon aventure au Canada (qui s’est clôturée par un voyage extraordinaire à travers le Québec, le Nouveau Brunswick, l’île du Prince Edouard, l’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie Britannique !), et le retour en France (avant le prochain départ ?), doublé d’une création d’affaire, je n’ai pas pris le temps de continuer à publier sur mon blog perso.

Concernant le projet de création d’affaire que je monte, il s’agit de ókra, un réseau de conseil et de services axé sur l’organisation et l’entreprise 2.0. Nous avons pour but d’accompagner les organisations dans la veille et la formation aux nouveaux usages du web, ainsi que dans le lancement d’expérimentations.

Cela faisait un bout de temps que la création d’entreprise nous trottait dans la tête et nous avons (enfin) franchi le cap ! Le début d’une belle Aventure ! Vous pourrez retrouver nos publications sur notre blog.

N’hésitez pas non plus à nous faire part de vos suggestions d’études et de publications que vous aimeriez retrouver sur le site !

Publié dans Entrepreneuriat, ókra | Laisser un commentaire

Peut-on réussir une création d’entreprise en n’étant ni professionnel expérimenté ni étudiant ?

Etudiant entrepreneurPeut-on réussir une création d’entreprise en n’étant ni professionnel expérimenté ni étudiant ?

A première vue, oui : pourquoi un jeune professionnel ne pourrait pas avoir une bonne idée, assez bonne pour donner lieu à la création d’une entreprise ? Tant que les compétences en création d’entreprise sont au rendez-vous, pourquoi le fait de ne plus être étudiant et de ne pas être professionnel expérimenté serait un handicap ? Et d’ailleurs, pourquoi serait-il plus facile à un étudiant de lancer une entreprise qu’à un jeune professionnel (déjà plus expérimenté) ?

La réponse à cette question est… le réseau :

  • Un étudiant bénéficie du réseau de ses camarades, de celui de ses professeurs, de celui de ses parents et de l’appui de tout ce petit monde.
  • Un travailleur expérimenté s’est tissé un réseau de professionnels qui peuvent l’aiguiller et l’aider dans sa démarche de création.
  • A contrario, un jeune n’ayant qu’un ou deux ans d’expérience professionnelle se trouve dans une phase de creux au niveau de son réseau. il a quitté l’environnement universitaire, est censé avoir pris son indépendance vis à vis de ses parents, mais n’a pas encore pu constituer un réseau professionnel diversifié et puissant.

Si l’on considère que le réseau est un ingrédient essentiel dans la création d’entreprise, cette faiblesse inhérente aux premières années d’activité professionnelle peut devenir un réel handicap. Les exemples de réussite alors que le créateur n’était encore qu’étudiant sont légion : Michael Dell (Dell), Mark Zuckerberg (Facebook), Larry Page (Google) et bien d’autres ; ceux de créateurs expérimentés sont innombrables ; mais peu sont ceux de créateurs dans la période de 2 ans consécutive à leur obtention de diplôme.

Mais cela ne veut pas dire qu’il est impossible de lancer une entreprise en n’étant ni étudiant ni professionnel expérimenté. Une des possibilités est de s’associer avec un professionnel plus expérimenté et bénéficiant d’un réseau conséquent.Une autre possibilité, si l’on est seul face à la création d’entreprise, est d’avoir su se constituer un réseau assez fort dès les premières années d’études. Cette démarche permet d’accroître l’efficacité de la transition entre le monde universitaire et le monde professionnel.

Comment y parvenir ? En faisant un suivi des relations tissées lors de stages en entreprises, en participant à des événements professionnels, colloques, congrès et autres séminaires, en profitant des visites d’entreprises pour nouer des premiers contacts, etc.

Il me semble que cette démarche est primordiale pour les jeunes qui souhaiteraient développer un projet de création d’entreprise durant leurs premières années d’activité.

Mais cela est bien entendu très important pour tous les étudiants quelque soit leur projet professionnel, car cela leur facilitera leurs premières années d’exercice, qui plus est quand la concurrence sur le marché dutravail est rude. 

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous des exemples de création post-graduation réussies ? Le réseau est-il selon vous un élément déterminant dans la réussite d’un projet de création d’entreprise ?

Publié dans Entrepreneuriat, Etudiants | Un commentaire

Pourquoi le management américain a prévalu…

Nuit de la Philosophie

Nuit de la Philosophie

Lors de la nuit de la philosophie qui a eu lieu à l’Université du Québec à Montréal, Guillaume Blum, candidat au doctorat, a fait une présentation fort intéressante sur la place de la culture en management. Voici ce que j’en retire…

Il est assez intéressant de voir que lorsque le terme « management » est employé sans qualificatif, il sous-entend généralement le management de type américain post seconde guerre mondiale. Dès que l’on parle d’un autre type de management, nous rajoutons un qualificatif : management japonais, management scandinave, etc.

Pourquoi cette hégémonie du management américain ? Serait-il plus efficace, mieux pensé que les autres ? Le succès des entreprises américaines serait dû à leurs compétences managériales ?

Il semblerait que ce soit le contexte dans lequel ce management américain a été créé et s’est développé qui lui a donné sa prédominance internationale, les Etats-Unis étant sortis en position de force pour une guerre économique : puissance du dollar suite aux accords de Bretton Woods, essor démographique et reprise de l’immigration, efficacité des entreprises, avance technologique et carnet de commande volumineux pour la reconstruction de l’Europe.

Tous ces facteurs semblent avoir contribué à l’expansion rapide du modèle de management américain, qui est ainsi sorti gagnant d’avance et est devenu le modèle de référence, basé sur le pragmatisme et le fonctionnalisme. Il reprend le concept d’Homo œconomicus, être qui a pour objectif de maximiser son utilité et répond aux exigences d’efficience du marché. Ce principe se retrouve dans les pratiques managériale, où l’on observe une mathématisation de l’être humain, une mise en équation pour intégrer l’employé dans les calculs de maximisation. Dans ce modèle, l’homme devient une ressource pour le développement de l’entreprise.

Pourtant, d’autres modèles de management, tel le modèle japonais, savent chercher ce qui fait sens chez les êtres humains de l’entreprise, introduisant même la notion de fête au travail. Ce sont ces modèles qui aujourd’hui sont plébiscités, créés ou repris dans nombre d’entreprises, notamment américaines, tels les modèles de management de Google ou encore d’Apple, qui laissent une part importante à l’épanouissement de l’individu.

Pourquoi ce changement n’a pas eu lieu plus rapidement, alors que l’on se rendait pourtant compte que le modèle de management américain n’était pas forcément plus performant que, par exemple, celui japonais ? Si l’on prend les usines de production Toyota et GM de l’Ontario, employant toutes les deux des populations de même culture, leurs produits sont de qualité différente et l’ambiance de travail est aussi différente. Le management américain semble donc être moins performant que celui japonais pour une même activité et pour une population de même culture. Cette différence a été observée il y a 25 ans, pourtant le modèle a continué d’être enseigné dans les universités et grandes écoles européennes comme étant le modèle de préférence. Ce n’est que récemment que les entreprises ont pris conscience des limites de ce modèle et réfléchissent à de nouvelles pratiques managériales.

Publié dans Management | Marqué avec | 6 commentaires

L’étudiant de demain : un autodidacte ?

Certains trouveront que mon titre est un non-sens, et d’une certaine manière ils n’ont pas tort !

Un autodidacte est communément une personne qui a appris par elle-même, en dehors des institutions éducatives (autoformation). A contrario, le nom étudiant est généralement attribué aux personnes suivant un cursus scolaire (hétéro-formation), bien que dérivé du latin studere qui signifie « s’appliquer à apprendre quelque chose ».

Si on s’en tient au sens courant, un étudiant ne pourrait donc a priori pas être autodidacte. Mais venons-en à « l’analyse » de l’étudiant de demain…

D’après Philippe Martin, les étudiants de demain (en réalité déjà d’aujourd’hui), les digital natives (ceux qui n’ont pas connu la cabine téléphonique ni le mélodieux modem 56k), semblent présenter les caractéristiques suivantes :

  • « Les digital natives n’ont aucune attente vis à vis de l’école en ce qui concerne les TIC. Les enseignants sont largués sur ce dossier. Ils disent s’ennuyer, que c’est long, que l’école n’avance pas assez. »
  • « 95 % des choses qu’ils apprennent ou découvrent viennent de leurs amis, soit par le chat, soit par la cour de récréation. C’est la recommandation et le bouche à oreille. »
  • « Ils peuvent avoir des réponses à des questions instantanément et reprennent parfois leurs parents. »


On voit déjà à travers ces quelques remarques que les attentes et pratiques en matière d’apprentissage ont évolué du côté étudiant. Mais qu’en est-il du côté enseignant?
L’étudiant de demain se sert ainsi des enseignements qu’il suit comme d’un « déclencheur », d’un point de départ, pour approfondir les domaines et sujets qui l’intéressent ou qui le questionnent. Si cet approfondissement n’est pas fourni par ses enseignants (hétéro-formation) il ira la chercher par lui-même (auto-formation).
On se rend alors compte que les deux notions d’études et d’autodidaxie se rejoignent de plus en plus. Le mot étudiant reprend son sens latin.

L’enjeu de l’enseignement ne serait donc plus d’inculquer aux étudiants l’intégralité des notions pendant les cours mais de susciter l’intérêt de leur auditoire sur des domaines qu’ils approfondiraient par eux-même (et volontairement !). L’école devient réellement un environnement au service de l’épanouissement de l’élève.

Sous cette nouvelle forme, l’enseignement développerait intrinsèquement la volonté d’entreprendre de l’étudiant, qui me semble être une qualité clé pour la vie professionnelle de cet étudiant devenu employé (ou créateur !).

Reste à savoir comment l’entreprise intégrera ces étudiants arrivant sur le marché du travail. Mais c’est un autre sujet…

Et vous, qu’en pensez-vous ? Ce modèle de l’école-tremplin-vers-le-savoir et non plus de l’école-inculcatrice-de-savoir vous inspire ? Vous fait peur ? Vous laisse dubitatif ?

Publié dans Etudiants | Marqué avec , , | Un commentaire